Les substituts au droit d’auteur

Logos representing open access, creative commons and the public domain

L’ensemble des œuvres originales de nature littéraire, dramatique, musicale et artistique, des programmes informatiques, des traductions et des compilations d’œuvres est en général protégé par le droit d’auteur, sauf si l’auteur est décédé depuis plus de 50 ans. En cas de doute, supposez que l’œuvre est protégée par le droit d’auteur.

Néanmoins, outre l’utilisation équitable – reportez-vous à la section Lignes directrices sur l’utilisation équitable – il existe un certain nombre de substituts importants à l’utilisation d’œuvres protégées par le droit d’auteur, à savoir :

  • L’utilisation d’une partie « négligeable »;
  • Le domaine public;
  • Le libre accès;
  • L’organisation Creative Commons.
  • Hyperliens

Avant de considérer ces alternatives, vérifiez les exceptions au droit d’auteur. Il est possible que l’utilisation anticipée de l’œuvre corresponde déjà à une de ces exceptions.


L’utilisation d’une partie « négligeable »

Quotation marks

La reproduction ou l’utilisation d’une partie « non importante » d’une œuvre protégée par le droit d’auteur (c’est-à-dire même moins que le « court extrait » décrit dans la section Les lignes directrices sur l’utilisation équitable) est autorisée et ne requiert pas d’autorisation.

Le terme « partie importante » n’est pas défini dans la Loi sur le droit d’auteur. Pour décider si une partie d’une œuvre est considérée comme importante, les tribunaux ont mis l’accent sur la qualité de la partie extraite de l’œuvre originale, et non sur la quantité. Par conséquent, aucun pourcentage quantitatif d’une œuvre ne peut servir à déterminer ce qui constitue une partie importante de l’œuvre. En général, quelques phrases tirées d’un article périodique ou d’un livre sous forme de citation ne sont pas considérées comme une partie importante de l’œuvre. Enfin, la reproduction ou la communication d’une partie négligeable d’une œuvre protégée par le droit d’auteur, par exemple, dans une thèse ou un article périodique, ne constitue pas une violation du droit d’auteur.

Le domaine public

Public Domain Logo

Au Canada, le droit d’auteur pour la majorité des oeuvres, telles que les livres et les articles, subsiste environ 50 ans après le décès de l’auteur, que le créateur détienne ou non le droit d’auteur. Après l’expiration du droit d’auteur qui la protège, une œuvre entre dans le « domaine public » et peut être librement copiée, distribuée, adaptée et exécutée sans avoir à demander l’autorisation de l’auteur ou à lui verser des redevances.

Les films et autres oeuvres cinématographiques sont généralement protégées par le droit d'auteur pour 50 ans suivant la date de publication. Pour raison de changements historiques à la Loi sur le droit d'auteur, les photographies prises avant l'année 1949 sont aussi généralement dans le domaine public.

Une œuvre peut aussi entrer dans le domaine public d’emblée, parce que son auteur a choisi de ne pas faire valoir son droit d’auteur. Par exemple, le Décret sur la reproduction de la législation fédérale et des décisions des tribunaux de constitution fédérale, autorise toute personne, sans frais ni demande d’autorisation, à reproduire les textes législatifs fédéraux ainsi que les décisions des tribunaux judiciaires et administratifs de constitution fédérale au Canada.

Vous pouvez trouver certaines œuvres du domaine public dans les sites Web Gutenberg Canada et Projet Gutenberg. La page Wikipédia:Ressources libres dresse aussi la liste de nombreuses ressources du domaine public.

L'organisation Creative Commons

Creative Commons Logo

Creative Commons (en anglais seulement) est une organisation qui administre un système particulier d’octroi de licences. Alors que la protection du droit d’auteur interdit, en général, toute reproduction d’une partie importante d’une œuvre sans autorisation préalable, le système Creative Commons propose des contrats de cession ou « licences » flexibles que tout titulaire d’un droit d’auteur peut adapter à son gré. Les œuvres très variées visées par des licences Creative Commons englobent, entre autres, des articles, graphiques et images dont peuvent se servir les professeurs dans leurs cours et les étudiants dans leurs travaux, sans jamais avoir à demander d’autorisation préalable.

La façon la plus simple de trouver des documents faisant l’objet d’une telle licence est de faire une recherche sur le Web basée sur « creative commons » (y compris les guillemets à l’anglaise). L’organisation Creative Commons propose aussi un portail de recherche plus précis sur son propre site Web.

Le libre accès

Open Access Logo

Le libre accès est de plus en plus populaire dans le monde de l’édition universitaire. Il signifie que les auteurs et les éditeurs rendent leurs œuvres librement et gratuitement accessibles à qui s’y intéresse. Leurs œuvres sont diffusées librement, ce qui augmente leur visibilité. Pour en savoir plus sur ce sujet et sur les initiatives s’y rapportant à l’Université d’Ottawa, veuillez consulter notre page Communication savante.

Le moyen le plus rapide de savoir si une revue universitaire donnée offre le libre accès est de faire une recherche sur le site du Directory of Open Access Journals (en anglais seulement), un répertoire en ligne de plus de 9 000 ouvrages de ce type validés et accessibles gratuitement. Un autre site utile à cet égard est celui de SHERPA/RoMEO (en anglais seulement) : on y trouve des condensés des ententes de cession de droits d’auteur et des dispositions d’auto-archivage concernant de nombreuses revues universitaires.

Hyperliens

Si vous ne savez pas comment traiter une source (p. ex. partie négligeable d’un document, contenu appartenant au domaine public, autorisé sous un autre système d’octroi de droits d’auteur), il est toujours possible de fournir un lien vers ce document si ce dernier est en ligne. Si vous choisissez cette option, vous devez trouver les sources originales (p. ex. les sites Web du gouvernement, les nouvelles organisations, les chaînes officielles You Tube) et éviter tout contenu contrevenant aux droits d’auteur. Pour en savoir plus sur l’utilisation des liens vers des livres et des articles du catalogue de la bibliothèque, consultez Créer des liens vers des livres électroniques et des articles en texte intégral.


Si l’utilisation anticipée d’une œuvre ne correspond pas aux exceptions ou qu’il n’existe aucun substitut approprié, demandez la permission du titulaire du droit d’auteur. 

Haut de page